Val Yerres Crosne Association Football


< | >

Hommage à Claude Gios

Publié le 12 novembre 2021

Hommage à Claude Gios

Voici le discours de notre président pour rendre un dernier hommage à Claude Gios :

 

Hommage à Claude Gios,


En rédigeant cet hommage, et alors que je suis plongé dans l’organisation du centenaire de l’ASY, aujourd’hui VYCAF, je mesure combien Claude fut un acteur majeur de la vie de notre Association.
Il était un des rares à en avoir connu les pionniers et à ce titre, le lien le plus proche de ses fondements. 
Mon père, Pierre Mollet, alors Président, lui fit signé sa première licence en 1953, au café l’Hôtel du Nord, qui était à l’époque le siège de l’ASY.
Il avait donc 13 ans, moi 4, et pendant presque 70 ans j’ai été le témoin privilégié de son action au sein de notre club.
Pratiquant d’abord dans les catégories de jeunes au stade de Concy, ses qualités furent vite repérées, et il sera sélectionné dans l’équipe des cadets de la Ligue de Paris Ile de France.
Rapidement intégré à l’équipe fanion du club dès l’âge de 17 ans, il y rejoint son frère ainé Guy qui malheureusement décèdera bien trop tôt en 1963.
Ses qualités footballistiques et humaines sont telles qu’il devient capitaine, (mon capitaine) de cette équipe qui, accédant à la PH pour la première fois, marquera l’histoire du club (67/68).
Sa conduite avait déjà valeur d’exemple ! il ne fut expulsé qu’une seule fois dans sa carrière mais l’arbitre s’était lourdement trompé sur l’identité du joueur à exclure.
C’est dans l’univers de l’Hôtel du Nord et du cinéma le Sélect qu’il rencontre l’amour de sa vie Annick. Ils se marient en 1964 donnant rapidement naissance à Laurent.
Une grave blessure au genou en 1970 l’éloignera des terrains un bon moment, et il ne revint jamais à cent pour cent, ce qui l’obligera à évoluer avec l’équipe réserve, mais toujours en tant que capitaine.
Son jubilé de joueur sera fêté au stade Pierre Mollet avec le Variété Club de France en 1981.
Entre temps il sera marqué à vie par le terrible accident d’automobile vécu par Annick en 1976, au retour d’une rencontre de jeunes à laquelle participait Nicolas . Accident dont elle conservera des séquelles.
Sa fierté sera grande de voir évolué Laurent en Cadet Nationaux à Viry, puis en Ligue 2 à Corbeil mais également à l’ASY, tout comme Nicolas, et par la suite il se réjouira aussi d’y voir jouer Batiste, Luigi, Marco, Alexandra et Angelo.

C’est en 1978 que, pour la première fois, il intègre le Comité Directeur. Il soutiendra alors pleinement, en homme de conviction qu’il était, les actions menées pour les jeunes. Ses jeunes qu’ils accompagnaient ou entrainaient, lorsque le magasin de sport qu’il gérait rue Charles De Gaulle lui en laissait le temps.
Il participait activement à l’organisation des tournois, et un Challenge portant son nom est toujours disputé à l’heure actuelle. Dans ces tournois, il avait la réputation d’être le meilleur client du stand de crêpe pour toute sa famille ! et il mettait un point d’honneur à ne pas bénéficier de passe-droit !

Claude était aussi soucieux d’aider les plus défavorisés et nombreux sont ceux qui ont pu bénéficier de sa générosité et de ses compétences notamment au travers des cours de soutien scolaire qu’il dispensait.

En 99, dans la continuité de son investissement, il accède à la Présidence du Club.

Il restera Président pendant 3 saisons bien que ce soit un poste qu’il n’appréciera que modérément.

C’est ainsi qu’en 2002, alors que j’étais entraineur il me demande avec insistance de me proposer à sa succession.

Je prends donc sa suite à la Présidence de l’ASY. Mais à cette époque mon activité professionnelle reste intense, et Claude saura m’épauler et m’apporter tout le soutien nécessaire en temps que Secrétaire Général ou Vice-Président pendant toutes les années 2000.

En 2009, il participe naturellement aux négociations pour la fusion avec le FC Crosne, aboutissant à la création du VYCAF.

 Pour représenter le Club dans les instances de tutelles, il accepte d’être Membre de la Commission des terrains du District de l’Essonne de Football, où ses connaissances professionnelles des travaux firent merveilles (il en fit aussi profiter nombres de ses amis, moi le premier).
La réalisation du terrain synthétique en lieu et place du vieux terrain stabilisé le rendra particulièrement heureux et il conclura alors un éditorial dans le journal de l’ASY par la phrase suivante :
« Quand notre bac à sable reverdi, le bonheur est dans le pré pour le mieux vivre de l’ASY ».

En parallèle il trouve encore le temps d’aider Annick pour son Association liée au Niger, et malheureusement ne se remettra jamais de son départ, un an après avoir fêter leurs 50 ans de mariage.
Il était devenu notre Président d’Honneur et se rendait encore régulièrement au stade, même à l’extérieur, seul puis accompagné. Et comme nous n’étions ni l’un ni l’autre avares de discussion, nous nous remémorions les grandes heures du club ou pleins d’ autres choses encore, tant nous en avions partagé.
Son parcours riche et varié, tout comme ses multiples compétences, en firent un Bénévole exceptionnel, doté d’un humaniste et d’une gentillesse qui le feront demeurer légendaire.
Il inspira et inspire encore un profond respect, et je suis fier d’avoir été son ami !
Pour terminer, je me tourne vers sa nombreuse famille, enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants,  pour vous dire quelle chance vous avez eu d’avoir un tel papa, grand papa et arrière grand papa, et que si nous n’avons pas pu l’honorer de son vivant, nous le ferons à titre posthume à l’occasion du centenaire !
Il peut maintenant rejoindre sa tant aimée Annick, et reposer en paix . C’est le départ d’un grand. Chapeau bas Mr GIOS, merci pour l’ASY et le VYCAF

Adieu Claude.

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Envie de participer ?